Dans la tradition française du XVIIème siècle, le prélude était le préambule d’une œuvre annonçant le thème général mais sans que soient imposés ni tempo, ni barres de mesure, ni durée des sons.

Une forme d’exploitation des possibles offrant un espace de liberté préliminaire.